Passer à l’action: Comment motiver nos clients diabétiques à chausser leurs souliers de course et à se lever pour bouger?

Par Guide canadien sur le diabète posté dans Pour professionnels
Modifié

runners

par Carol Stathers et Bob Pope

Le défi : Comment motiver nos clients diabétiques à chausser leurs souliers de course et à se lever pour bouger?

Les éducateurs en diabétologie savent combien l’exercice est bénéfique aux personnes atteintes de diabète. Autrefois dans les centres d’éducation, on omettait souvent d’évaluer si les clients étaient prêts à changer. On leur remettait une longue liste de raisons pour commencer à faire de l’exercice et on tenait pour acquis qu’ils s’y mettraient s’ils étaient réellement intéressés à prévenir les complications du diabète. Très souvent, la liste des avantages de l’exercice mentionnait l’amélioration du contrôle glycémique, une baisse de la résistance insulinique, l’amélioration du profil lipidique, l’amélioration du système cardio-respiratoire, le maintien de la perte de poids et un risque moins élevé de diabète et de complications cardiovasculaires.

Les leçons sur les bonnes raisons de chausser ses souliers de course étaient ensuite suivies de la discussion sur le temps qu’il fallait consacrer à l’exercice. Les recommandations faites aux clients se fondaient sur les données de l’Association canadienne du diabète et de Santé Canada et variaient entre 150 minutes par semaine d’exercice aérobique d’intensité modérée et d’exercice contre résistance, et 60 minutes par jour. Ces recommandations étaient, pour plusieurs clients, intimidantes. Inutile de dire que bon nombre de clients préféraient les ignorer et laisser leurs souliers de course neufs dans la boîte.

La question qui se pose est la suivante : comment peut-on motiver ces clients à faire des activités qui les intéressent et qui, en fin de compte, les aident à gérer leur diabète? Il nous faut savoir que nous, les éducateurs en diabétologie, ne sommes pas seuls. Nous devons chercher ailleurs et trouver dans notre communauté des partenaires avec qui nous pourrons assurer le bien à long terme de nos clients.

Depuis quatre ans dans notre communauté, le service de santé et le service des loisirs municipal travaillent en partenariat pour promouvoir l’activité physique et l’adoption d’un mode de vie sain. Notre programme « Get Active » compte plus de 1 500 participants. Notre rôle consiste à relever le défi lancé par la province de la Colombie-Britannique d’améliorer la forme physique de notre population de 20 % d’ici 2010 (à temps pour les Jeux olympiques). Cet objectif nous permettra de nous positionner en amont pour aider à réduire l’incidence de maladies chroniques et de leurs complications. Notre programme offre non seulement des possibilités de conditionnement physique, mais aussi des conférences sur la prévention des maladies, l’établissement d’objectifs et la promotion de la santé du corps et de l’esprit.

Nous travaillons avec des personnes qui ont eu un revers de santé dans leur vie, comme le diabète ou une maladie cardiovasculaire, et qui essaient maintenant de prévenir la survenue d’un autre incident et de vivre en santé malgré leur situation médicale. Dès le début du programme, nous avons pu constater clairement les avantages de l’activité physique et les résultats qui en découlent. Il y a aussi un autre résultat dont nous sommes constamment témoins chez tous les types de participants : il s’agit des innombrables bienfaits d’une attitude positive et de l’espoir.

Les résultats d’un essai mené à l’Université Trent à Nottingham, en Angleterre, qui ont publiés dans le British Journal of Sports Medecine (2001), démontrent que l’activité physique remonte le moral des gens en raison d’une amphétamine naturelle qui améliore l’humeur et réduit la fatigue. Dans certains cas, c’est le facteur le plus important du rétablissement étant donné ses répercussions sur l’état général du patient. L’attitude mentale et la conviction qu’il nous est possible de contrôler notre santé donnent, en effet, beaucoup d’espoir. Il est parfois extrêmement difficile de se rétablir d’une crise majeure, mais l’adoption d’un mode de vie actif peut être d’une valeur inestimable pour se remettre sur pied.

Un grand nombre de participants ont connu une amélioration qui a changé leur vie…Voici 8 conseils pour y arriver :

PUBLICITÉ

1. Établissez des objectifs proactifs :

    • Allez-y à petits pas – établissez des objectifs plus petits et plus précis pour aider les gens à rester motivés. « Un voyage de mille kilomètres commence par un seul pas » (Lao Tse, 604 av. J.-C.).
    • Les objectifs doivent être mesurables – établissez des objectifs mesurables par écrit et affichez-les.
    • L’attitude – Un discours intérieur positif – accueillez l’appel à l’action avec plaisir, pensez à commencer par un programme de marche : sentez les fleurs, écoutez les oiseaux, soyez fiers d’être proactif, et une attitude positive s’ensuivra, c’est certain.
    • Établissez des objectifs réalistes – soyez réaliste dans votre approche au changement : aucun médecin ni aucun médicament ne peut faire le changement à votre place.
    • Établissez des échéances pour atteindre des objectifs à court terme.

2. Obtenez du soutien et du mentorat. Ne sous-estimez jamais l’importance des autres. Travailler avec un camarade, un entraîneur, un autre patient ou d’autres participants à des loisirs peut procurer d’énormes avantages.

3. Tout effort libère des endorphines. Pas de douleur (ou du moins pas trop), mais beaucoup de gains. Oprah Winfrey avoue elle-même ne pas aimer faire de l’exercice mais aimer ce que l’exercice fait pour elle. De la position de victime au plaisir des endorphines, c’est tout un changement de point de vue!

4. Le pardon, la perte et le deuil. Une crise de vie majeure peut être ressentie comme un décès, avec tout ce qui l’accompagne. L’activité physique menée avec succès peut aider à passer à travers une période difficile.

5. La vie roule vite. C’est pourquoi il est très important de refaire le plein d’énergie. Ce que nous mangeons et la façon dont nous prenons soin de nous-mêmes déterminent nos possibilités et la qualité de notre cheminement. Lorsque les gens améliorent leur forme physique, ils commencent aussi à examiner les choix qu’ils font dans d’autres aspects de leur mode de vie. « La génétique charge le fusil, mais c’est le mode de vie qui appuie sur la gâchette. » (Auteur inconnu)

6. Attention au stress. « Si vous êtes stressé tous les jours et que vous n’en tenez pas compte, tôt ou tard le stress prend racine dans votre corps. La pression artérielle monte, la digestion commence à faire défaut, la glycémie devient moins stable et les muscles commencent à se contracter et à faire mal. Très souvent, il suffit d’une solution aussi simple qu’une promenade à pied pour améliorer votre état. » (Martin Collis)

7. Célébrez vos réussites. N’attendez pas trop longtemps pour les célébrer. Après une crise de santé, il est extrêmement important de « récolter quelques réussites » pour savoir qu’il y a une vie après la crise.

8. Il n’est jamais trop tard! Aidez les clients à réaliser que pour faire les changements qu’ils font, ils ont beaucoup de mérite; écoutez-les lorsqu’ils ont besoin de vous; ayez de l’empathie parce qu’il n’est pas facile de changer! Aidez-les à développer un plan d’action et fournissez-leur les ressources et le soutien dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin.

Pour ce qui est de trouver des ressources pour vos clients, allez voir ce qui existe à l’extérieur de votre clinique. Cherchez à établir des partenariats dans votre communauté avec des dirigeants de loisirs, des entreprises privées, des entraîneurs, des entraîneurs personnels ou d’autres leaders. Élargissez votre équipe pour que vos clients en profitent. Adoptez un rôle d’entraîneur pour aider vos clients à faire des changements en faveur d’un mode de vie sain.

« Le médecin de l’avenir, plutôt que de prescrire des médicaments, intéressera ses patients au soin du corps, au régime alimentaire et à la cause et la prévention des maladies. (Thomas Eddison)

Références

  1. Building Compentency in Diabetes Education: The Essentials 2001
  2. Canadian Journal of Diabetes. Lignes directrices de pratique clinique 2003 de l’Association canadienne du diabète pour la prévention et le traitement du diabète au Canada.

 

Á propos de l'auteur

Les statuts de la Guide canadienne du diabète soins sont écrits par des professionnels du diabète pour les personnes atteintes de diabète. Nous fournissons des informations sur le diabète, les fournisseurs de soins de santé diabète, les complications associées au diabète non contrôlé et des outils pour gérer leur maladie. Notre mission est d'aider les personnes atteintes de diabète rester en bonne santé et à gérer efficacement leur diabète.

Leave A Response