L’importance de bien connaître ses résultats : l’ABC du diabète

Par Ronit Cantor RD, CDE posté dans Dernières diabète Nouvelles Mode de vie sain Pour professionnels
Modifié

img_pressurecuffDans notre travail d’éducateurs, nous savons qu’avec l’augmentation de l’incidence du diabète, il est plus essentiel que jamais d’éduquer nos patients pour qu’ils arrivent à bien gérer leur diabète. Lors de leurs visites chez leur professionnel de la santé, la plupart des patients diabétiques ont du mal à comprendre les chiffres et les valeurs liées au diabète. Ils s’intéressent à leur état de santé et veulent connaître leur glycémie, mais quand on examine les chiffres et les valeurs de base avec eux, ils ne savent pas ce que tout cela représente.

Quand le professionnel de la santé examine les résultats des analyses avec un patient diabétique, il discute de l’HbA1c, du bilan lipidique, de la glycémie à jeun, de la tension artérielle, des médicaments et du poids. La plupart des chiffres habituels forment ce qu’on appelle l’ABC du diabète. Ce sont les éléments de base d’une visite pour le diabète que nous, en tant qu’éducateurs, devons faire comprendre clairement à nos patients.

Nous devons faire connaître l’ABC du diabète à nos patients. Lorsqu’un patient est capable d’identifier les cibles de l’HbA1c, de la tension artérielle et du taux de cholestérol et qu’il a appris à gérer ces trois éléments clés en modifiant son mode de vie, nous avons fait un excellent travail et nous lui permettons de vivre en santé. Nous l’aidons à réduire son risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’autres complications du diabète.

Pour gérer le diabète, il faut bien contrôler la glycémie, la tension artérielle et le taux de cholestérol.

Lorsque nous travaillons avec nos patients diabétiques, et surtout ceux qui viennent d’avoir un diagnostic de diabète, nous devons essayer de rendre l’ABC du diabète le plus simple possible.

A)     L’HbA1C

L’hémoglobine glycosylée (HbA1c) est un test qui mesure le taux moyen de glycémie au cours des 2 ou 3 derniers mois. Cette valeur correspond à la quantité de glucose qui se colle aux globules rouges, ce qui est proportionnel à la quantité de glucose dans le sang. Pour la plupart des diabétiques, l’HbA1c devrait être mesurée tous les 3 mois pour vérifier si les objectifs glycémiques sont atteints ou maintenus (Lignes directrices de pratique clinique, 2013).

Pour parvenir à une bonne gestion globale du diabète, il est essentiel de connaître cette mesure du contrôle de la glycémie. L’étude DCCT (Diabetes Control and Complications Trial), une fois terminée, a permis de reconnaître que l’HbA1c est un indicateur important du risque de complications (NDIC, 2012). Les nouvelles lignes directrices de pratique clinique nous disent également qu’un taux d’hémoglobine glycosylée > 6,5 % est associé à un risque considérablement plus élevé de complications micro et macrovasculaires. L’objectif optimal est de tenir l’HbA1c au-dessous de 7 % (ACD, 2013).

Plus l’HbA1c est élevée, plus le risque de complications est élevé lui aussi. C’est un lien qu’il faut bien faire comprendre aux patients. La gestion du diabète, de par sa nature, passe par une approche personnalisée et varie d’un patient à l’autre. On utilise une gamme de valeurs ciblées de l’HbA1C établies selon l’âge et l’état de santé des patients. Ces valeurs sont souvent rajustées en fonction du risque d’hypoglycémie. Informez vos patients de leur objectif d’HbA1c et assurez-vous qu’ils comprennent bien pourquoi leur objectif est fixé à ce niveau et quelles en sont les implications pour eux et pour la gestion de leur santé globale.

B)     La tension artérielle

La tension artérielle représente la force du sang contre les parois des vaisseaux sanguins. Le chiffre du haut représente cette pression lorsque le cœur se contracte et expulse le sang (pression systolique) et le chiffre du bas représente la pression lorsque le cœur est au repos entre les battements (pression diastolique) (ACD, 2013). Cette explication simple est ce que vos patients ont besoin de savoir et de comprendre au sujet de leur tension artérielle.

Beaucoup de gens ne savent pas que leur tension artérielle est élevée et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle présente un risque élevé de crise cardiaque et d’autres complications cardiovasculaires. L’hypertension artérielle stresse l’organisme, ce qui peut causer des dommages au cœur, au cerveau, aux reins et aux yeux.

L’hypertension affecte la vaste majorité des personnes atteintes du diabète de type 2 et un grand nombre des diabétiques de type 1. L’hyperglycémie constitue un facteur de risque d’hypertension artérielle et peut causer le durcissement des artères. Pour les personnes diabétiques, la tension artérielle optimale est de <130/80 mmHg.

Certaines façons simples de faire baisser votre tension artérielle

  • Maintenez un poids santé.
  • Prenez des repas sains et équilibrés à des heures régulières : mangez plus de fruits et de légumes, surveillez la quantité de sel que vous mangez à la maison et à l’extérieur (Saine alimentation Ontario, 2013a).
  • Activité physique : essayez de faire 150 minutes d’activité physique par semaine (Agence de la santé publique du Canada, 2011).
  • Vérifiez votre tension artérielle régulièrement. Votre tension artérielle devrait être mesurée à chaque rendez-vous avec votre professionnel de la santé.
  • Si vous fumez, arrêtez de fumer.
  • Faites de votre mieux pour contrôler le stress dans votre vie. Employez des techniques de relaxation ou établissez l’ordre de priorité dans les tâches que vous avez à faire tous les jours.
  • Limitez votre consommation d’alcool (Saine alimentation Ontario, 2013b)

C)     Le cholestérol

Le cholestérol est une substance semblable à de la graisse qui fait partie des cellules de l’organisme et qui nous aide à produire de la vitamine D et certaines hormones.

Le foie fabrique du cholestérol naturellement et le cholestérol circule dans le sang, d’où le nom de cholestérol sanguin. Les cholestérol provient aussi des aliments que l’on mange : il s’agit alors du cholestérol alimentaire. Les meilleures sources de cholestérol sont les aliments de source animale tels que la viande, la volaille, les produits laitiers, les œufs et les fruits de mer (Saine alimentation Ontario, 2013c).

Il y a deux types de cholestérol (ACD, 2013) :

Le cholestérol LDL, communément appelé le « mauvais cholestérol », peut contribuer à l’accumulation de plaque dans les artères, un facteur de risque de maladie cardiaque.

Le cholestérol HDL, communément appelé le « bon cholestérol »,contribue à protéger les artères et à réduire la quantité de plaque dans le sang.

Les triglycérides sont, eux aussi, une forme de graisse que l’organisme fabrique à partir de sucre, d’alcool et d’autres sources alimentaires.

PUBLICITÉ

Un taux de cholestérol élevé signifie habituellement que le taux de cholestérol LDL est élevé. Chez la plupart des adultes diabétiques de type 1 ou de type 2, un taux de cholestérol élevé pose un risque plus élevé de maladie cardiaque et d’accidents vasculaires cérébraux. Les adultes diabétiques devraient faire vérifier leur taux de cholestérol tous les ans ou selon les indications de leur professionnel de la santé.

Dans la gestion du cholestérol, l’objectif est de maintenir le cholestérol LDL à un niveau inférieur à 2,0 mmol/L.

Certaines façons simples de faire baisser votre taux de cholestérol LDL et de triglycérides et d’augmenter votre taux de cholestérol HDL :

  • Choisissez des aliments faibles en gras saturés.
  • Gérez votre poids.
  • Soyez physiquement actifs.
  • Évitez de fumer.
  • Limitez votre consommation d’alcool.
  • Limitez la quantité de sucres ajoutés dans votre alimentation.
  • Exercez un excellent contrôle sur votre glycémie.

Lorsque nous aidons vos patients à très bien contrôler leur glycémie, leur tension artérielle et leur cholestérol, nous les aidons à atteindre une gestion optimale de leur diabète. Pour y arriver, il faut prendre le temps de nous assurer que nos patients comprennent les principes de base, l’ABC du diabète. Ils ont besoin d’apprendre la terminologie, de connaître leurs résultats et de savoir comment ces chiffres indiquent les mesures qu’ils peuvent prendre pour vivre en bonne santé.

Références :

Association canadienne du diabète. (2013). At the tipping point: Diabetes in Ontario. Site Web consulté : www.diabetes.ca/documents/get-involved/Diab_Prog_Report-ON_6.pdf

Association canadienne du diabète. (2013). Cholesterol and diabetes. Site Web consulté : httpp://www.diabetes.ca/documents/about-diabetes/111036_08-369_cholesterol-and-diabetes_0413_lc_final_060413.pdf

Association canadienne du diabète. (2012). High blood pressure and diabetes. Site Web consulté : http://www.diabetes.ca/for-professionals/resources/nutrition/high-blood-pressure/

Association canadienne du diabète. (2013). Monitoring Glycemic Control. Site Web consulté : http://guidelines.diabetes.ca/Browse/Chapter9#tbl1

Association canadienne du diabète. (2013). Targets for Glycemic Control. Site Web consulté : http://guidelines.diabetes.ca/Browse/Chapter8

Saine alimentation Ontario. (2013). Mangez-vous trop de sel?. Site Web consulté :  http://www.eatrightontario.ca/fr/Articles/Sante-du-c%C5%93ur/Mangez-vous-trop-de-sel-.aspx?aliaspath=%2fen%2fArticles%2fHeart-Health%2fCut-out-the-Salt

Saine alimentation Ontario. (2013c). Le cholestérol. Site Web consulté : http://www.eatrightontario.ca/fr/Articles/Sante-du-c%C5%93ur/Le-cholesterol.aspx?aliaspath=%2fen%2fArticles%2fHeart-Health%2fFacts-on-Cholesterol

Saine alimentation Ontario. (2013b). Hypertension : comment prévenir et soigner cette maladie qui tue en silence. Site Web consulté : http://www.eatrightontario.ca/fr/Articles/Sante-du-c%C5%93ur/Hypertension—comment-prevenir-et-soigner-cette-maladie-qui-tue-en-silence.aspx?aliaspath=%2fen%2fArticles%2fHeart-Health%2fHypertension–How-to-prevent-and-treat-the-silent

Goldberg, R., & Cheng, A., & Punthakee, Z, & Clement, M. (2011). Use of glycated hemoglobin (A1C) in the diagnosis of type 2 diabetes mellitus in adults. Site Web consulté :

http://www.diabetes.ca/documents/for-professionals/CJD–July_2011–

Position_Statement.pdf

Agence de la santé publique du Canada. (2011). Activité physique. Site Web consulté : http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl-mvs/pa-ap/index-fra.php

The National Diabetes Information Clearinghouse. (2012). DCCT and EDIC: The Diabetes Control and Complications Trial and follow-up study. Site Web consulté : http://diabetes.niddk.nih.gov/dm/pubs/control/

U.S. Department of Health and Human Services National Institutes of Health. (2011). The A1C test ad diabetes. Site Web consulté : http://diabetes.niddk.nih.gov/dm/pubs/A1CTest/A1C_Test_DM_508.pdf

Á propos de l'auteur

Ronit Cantor, diététiste inscrite et éducatrice agréée en diabétologie, a obtenu un baccalauréat ès sciences en nutrition à l’Université McGill. À l’heure actuelle, elle fait une maîtrise en éducation dans le domaine de la santé. Mme Cantor est une professionnelle de la santé qui a une connaissance approfondie de la nutrition et du diabète. Entraîneuse personnelle et instructrice de spinning, elle travaille depuis de nombreuses années dans l’industrie du conditionnement physique et de la santé. Elle offre des services et des séances de consultation aux entreprises et possède un certificat d’excellence en enseignement. Elle fait souvent des présentations sur la nutrition et le bien-être dans des entreprises, des associations professionnelles et des organismes communautaires partout en Ontario. Propriétaire d’une entreprise de consultation, Mme Cantor désire ardemment aider les gens en leur donnant les outils et le soutien dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs personnels en matière de santé. Si vous désirez prendre rendez-vous avec elle (pour une consultation en personne ou en ligne), envoyez-lui un courriel à nutritionbyronit@gmail.com

Leave A Response