Le diabète et la santé bucco-dentaire

Par Shannon Waldron posté dans Mode de vie sain Pour professionnels
Modifié

img_mandentist

Introduction: Le diabète et la santé bucco-dentaire

On pense souvent la carie dentaire et les maladies parodontales sont dus à un excès de sucre et à un brossage des dents et une utilisation de la soie dentaire insuffisants. Même si l’on sait que ce qu’on mange et ce qu’on boit peuvent avoir un effet sur la santé bucco-dentaire, beaucoup d’autres facteurs peuvent aussi avoir un impact négatif sur la santé de notre bouche, y compris le diabète, certains médicaments et les thérapies médicales.

Toutes les formes de diabète peuvent provoquer de l’hyperglycémie ou une glycémie élevée. L’instabilité de la glycémie peut aussi causer des réactions hypoglycémiques ou une glycémie basse, une urgence médicale qui se traite à l’aide de jus ou d’une autre forme de sucre. Le diabète prolongé et incontrôlé peut, tôt ou tard, endommager les reins, les nerfs, les yeux, le cœur et les vaisseaux sanguins. (1)

Complications bucco-dentaires

Les complications directement liées à la santé bucco-dentaire sont nombreuses. Elles incluent les infections orales, l’halitose (mauvaise haleine), le dysfonctionnement des glandes salivaires, les troubles du goût, la sensation de brûlure en bouche, la stomatite aphteuse récurrente, le lichen plan et les infections orales précancéreuses. Les complications les plus communes sont les infections fongiques telles que les infections aux levures dans la bouche, l’augmentation des caries, la gingivite et la perte osseuse associée à une maladie parodontale. (4,5)

Gingivite

La gingivite est une inflammation des gencives. Elle est complètement réversible avec le brossage des dents, l’utilisation de la soie dentaire et parfois des traitements d’hygiène dentaire tels que le détartrage et le surfaçage radiculaire. Les maladies parodontales sont des maladies dans lesquelles cette inflammation cause encore plus d’inflammation, crée des poches et entraîne une perte osseuse. La perte osseuse est irréversible et le traitement vise uniquement à éviter qu’elle ne s’aggrave. Le traitement inclut le détartrage et le surfaçage radiculaire réguliers, qui sont des traitements d’hygiène dentaire.

Maladies parodontales

Les personnes diabétiques sont à peu près trois fois plus portées à avoir des maladies parodontales. (6-8) Les données probantes établies depuis les années 1960 indiquent que les patients dont la glycémie est moins bien contrôlée présentent des maladies parodontales plus sévères. (2,7 9,10)

Les études actuelles se penchent sur l’idée qu’il existe une « relation bidirectionnelle » entre les maladies parodontales et une glycémie élevée. (4,7,11-13) Cette relation bidirectionnelle signifie que non seulement les personnes diabétiques sont plus susceptibles aux maladies parodontales, mais aussi que ces maladies peuvent avoir un effet néfaste sur le contrôle de la glycémie. Une étude systématique à grande échelle de 690 articles a conclu qu’il y a une réduction statistiquement significative de la HbA1c après un traitement d’hygiène dentaire. (14) Cela est attribuable à la prédominance des bactéries nocives et des médiateurs de l’inflammation qui sont présents dans les infections parodontales. Ces médiateurs nuisent au métabolisme du glucose et des lipides et empêchent l’insuline d’agir correctement. (2,11,14)

Le traitement parodontal a pour but de réduire le nombre d’agents pathogènes qui se trouvent dans le parodonte infecté et d’enlever les dépôts qui encouragent la colonisation par les microbes. Étant donné leur nature transitoire, les bactéries causent plus de dommages après 90 jours. Il est donc recommandé aux personnes atteintes de diabète et de maladies parodontales de recevoir un traitement d’hygiène dentaire à des intervalles de 3 mois. (15,16)

Carie dentaire

Chez les diabétiques, le risque accru de carie dentaire pose aussi un problème à facette multiples. Les caries peuvent être causées par les effets secondaires de médicaments et de la xérostomie (sécheresse de la bouche) qui découlent d’un mauvais contrôle métabolique. Selon les études, l’excès de glucose entre dans la bouche par le biais de la salive et du fluide gingival, mais on ne sait pas encore dans quelle mesure ce facteur joue un rôle dans la formation accrue de caries. (17-20) Les études s’entendent pour dire que les diabétiques ont dans leur bouche un milieu riche en sucre et sous-nettoyé qui favorise la formation de plaque bactérienne et la prolifération de champignons et de levures.

Candidose buccale

Le muguet est un autre nom donné aux infections buccales à levures ou pseudomembranous candidiasis. Il est reconnu que cette infection fongique opportuniste atteint les personnes immunocompromises, y compris celles qui ont une déficience en fer, celles qui ont un régime alimentaire riche en glucides et les diabétiques. (20,21) Elle se caractérise  par la présence d’une membrane blanchâtre sur la surface de la langue ou des muqueuses de la bouche. Elle est souvent identifiée lorsqu’on essaie d’enlever cette lésion ressemblant à des résidus de lait et qu’on se retrouve avec une base à a vif rouge qui saigne. La candidose buccale peut être traitée à l’aide de médicaments antifongiques tels que la nystatine (comme dans le traitement des infections vaginales à levures), administrés sous forme de pastilles. (21)

Perceptions des patients

Si l’on tient compte de la relation qui existe entre le diabète et la santé bucco-dentaire, on peut améliorer la santé et la qualité de vie des gens et réduire leurs risques de complications du diabète. Les études démontrent que les patients connaissent ou comprennent très peu cette relation. (4,5) Elles signalent que l’obstacle le plus important aux services de santé bucco-dentaire est l’accès limité aux services en raison des dépenses supplémentaires que cela ajoute au traitement du diabète. (4)

Selon les études, les principales raisons pour lesquelles les patients ne vont pas dans une clinique dentaire est qu’ils considèrent qu’ils n’en ont pas besoin, que ces visitent entraînent des coûts et qu’ils trouvent les visites dentaires déplaisantes. Les soins bucco-dentaires personnels sont, eux aussi, considérés comme moins importants que les autres soins que les diabétiques doivent se donner : on pense, par exemple à la vérification régulière des pieds et aux examens de la vue. L’enflure des gencives et la perte de dents ne sont pas considérés par les patients comme étant importants. (5)

Chez les diabétiques, pour qui le fardeau des dépenses médicales est déjà beaucoup plus lourd que pour la moyenne des gens, et vu que les services dentaires ne sont pas couverts par une assurance universelle, on pense qu’il serait possible de réduire les complications bucco-dentaires du diabète en mettant l’accent sur les services de prévention donnés par les fournisseurs de première ligne tels que les éducateurs en matière de santé, les médecins et les infirmières. (4)

Le manque de sensibilisation et de connaissance de la relation qui existe entre la santé bucco-dentaire et le diabète se retrouve aussi bien chez les patients que chez les professionnels de la santé.

Rôle des professionnels de la santé

Comme les soins d’hygiène dentaire ont un effet positif sur les diabétiques, on devrait les intégrer dans le traitement standard du diabète. Il faut que les hygiénistes dentaires, les parodontistes et les dentistes travaillent ensemble, en équipe, afin d’aider leurs patients à parvenir à un contrôle métabolique rigoureux du diabète. (22)

Soixante-neuf pour cent des patients ont dit n’avoir reçu d’aucun professionnel de la santé de l’éducation sur la santé bucco-dentaire reliée à leur diabète. Seulement 30 pour cent des patients ont dit qu’ils ont parlé de leur diabète à leur dentiste et seulement 10 pour cent ont dit qu’un professionnel de la santé leur a conseillé de voir un hygiéniste dentaire régulièrement. (4,5)

Il faut qu’il y ait une communication claire parmi tous les fournisseurs de services de santé.  Bowyer mentionne que les patients ne sont pas encouragés à discuter des problèmes de santé buccale liés au diabète avec leurs professionnels de la santé bucco-dentaire. La raison de cet état de fait est peut-être que les professionnels n’ont pas reçu la formation nécessaire pour expliquer à leurs patients l’importance d’avoir des examens de santé réguliers.

PUBLICITÉ

La Fédération dentaire internationale et la Fédération Internationale du Diabète recommandent aux professionnels de la santé bucco-dentaire, aux professionnels médicaux et aux décideurs de travailler en étroite collaboration. Plusieurs organismes recommandent également de promouvoir la santé bucco-dentaire et de sensibiliser le public davantage aux maladies buccales et à la nécessité pour les diabétiques de se soumettre à un dépistage bucco-dentaire régulier.

Conclusion

Étant donné le rôle que joue la santé bucco-dentaire dans la prévention des complications du diabète, les équipes interdisciplinaires ont besoin de travailler en collaboration avec les personnes diabétiques pour protéger leur santé bucco-dentaire. Les professionnels de la santé bucco-dentaire doivent tenir comte du rôle qu’ils ont à jouer pour améliorer la qualité de vie des diabétiques et la gestion du diabète. Pour cela, il est essentiel de donner de l’éducation et de la formation sur la relation bidirectionnelle qui existe entre le diabète et la santé bucco-dentaire, sur les stratégies de soins interdisciplinaires et d’amélioration de la communication parmi les fournisseurs de services, et sur la nécessité de transmettre de l’information sur les complications de santé bucco-dentaire.

Références :

1. Organisation mondiale de la Santé. Diabète sucré. Aide-mémoire no 138. 2013. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs138/fr/index.html

2. Taylor GW, Borgnakke WS. Periodontal disease: associations with diabetes, glycemic control and complications. Oral diseases [Internet]. 2008 Apr [cited 2013 Feb 26];14(3):191–203. Disponible à  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18336370

3. Danaei G, Finucane M, Lu Y, Singh G, Cowan M, Paciorek C, et al. National, regional, and global trends in fasting plasma glucose and diabetes prevalence since 1980: systematic analysis of health examination surveys and epidemiological studies with 370 country-years and 2·7 million participants. The Lancet. 2011;378(9785):31–40.

4. Valerio M a, Kanjirath PP, Klausner CP, Peters MC. A qualitative examination of patient awareness and understanding of type 2 diabetes and oral health care needs. Diabetes research and clinical practice [Internet]. Elsevier Ireland Ltd; 2011 Aug [cited 2013 Feb 26];93(2):159–65. Disponible à http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21514966

5. Bowyer V, Sutcliffe P, Ireland R, Lindenmeyer a, Gadsby R, Graveney M, et al. Oral health awareness in adult patients with diabetes: a questionnaire study. British dental journal [Internet]. Nature Publishing Group; 2011 Jan [cited 2013 Feb 26];211(6):E12. Disponible à http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21941301

6. Nelson R, Shlossman M, Budding L, et al. Periodontal disease and NIDDM in Pima Indians. Diabetes Care. 1990;13:836–40.

7. Taylor GW. Bidirectional interrelationships between diabetes and periodontal diseases: an epidemiologic perspective. Annals of periodontology / the American Academy of Periodontology [Internet]. 2001 Dec;6(1):99–112. Disponible à http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11887478

8. Emrich L, Shlossman M, Genco R. Periodontal disease in non-insulin-dependant diabetes mellitus. J Periodontol. 1991;62:123–31.

9. Taylor G, Burt B, Becker M, et al. Non-insulin dependant diabetes mellitus and alveolar bone loss progression over 2 years. J Periodontol. 1998;69:76–83.

10. Taylor G, Burt B, Becker M, Genco R, Shlossman M. Glycemic control and alveolar bone loss progression in Type 2 diabetes. Ann Periodontol. 1998;3:30–9.

11. Chen L, Luo G, Xuan D, Wei B, Liu F, Li J, et al. Effects of non-surgical periodontal treatment on clinical response, serum inflammatory parameters, and metabolic control in patients with type 2 diabetes: a randomized study. Journal of periodontology [Internet]. 2012 Apr [cited 2013 Feb 26];83(4):435–43. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21859323

12. Da Cruz GA, De Toledo S, Sallum EA, Sallum AW, Ambrosano GMB, De Cássia Orlandi Sardi J, et al. Clinical and laboratory evaluations of non-surgical periodontal treatment in subjects with diabetes mellitus. Journal of periodontology [Internet]. 2008 Jul [cited 2013 Feb 27];79(7):1150–7. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18597596

13. Jenkins WM, Said SH, Radvar M, Kinane DF. Effect of subgingival scaling during supportive therapy. Journal of clinical periodontology [Internet]. 2000 Aug;27(8):590–6. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10959785

14. Simpson T, Needleman I, Wild S, Moles D, Mills E. Treatment of periodontal disease for glycaemic control in people with diabetes. Australian Dental Journal [Internet]. 2010 Dec 7;55(4):472–4. Available from: http://doi.wiley.com/10.1111/j.1834-7819.2010.01273.x

15. Wilkins E. The Patient with Diabetes Mellitus. Clinical Practice of the Dental Hygienist. 7th Editio. Boston: Williams & Wilkins; 1994. p. 818–27.

16. Iacopino a M. Periodontitis and diabetes interrelationships: role of inflammation. Annals of periodontology / the American Academy of Periodontology [Internet]. 2001 Dec;6(1):125–37. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11887455

17. Saes Busato IM, Bittencourt MS, Machado MAN, Grégio AMT, Azevedo-Alanis LR. Association between metabolic control and oral health in adolescents with type 1 diabetes mellitus. Oral surgery, oral medicine, oral pathology, oral radiology, and endodontics [Internet]. Elsevier Inc.; 2010 Mar [cited 2013 Feb 26];109(3):e51–6. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20219586

18. Tagelsir A, Cauwels R, Van Aken S, Vanobbergen J, Martens LC. Dental caries and dental care level (restorative index) in children with diabetes mellitus type 1. International journal of paediatric dentistry / the British Paedodontic Society [and] the International Association of Dentistry for Children [Internet]. 2011 Jan [cited 2013 Feb 27];21(1):13–22. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20731732

19. Aren G, Sepet E, Özdem D. and Metabolic Control in Children. 2003;(December):1789–95.

20. Little J, Falace D, Miller C, Rhodus N. Dental Management of the Medically Compromised Patient. 7th Editio. St. Louis: Mosby Elsevier; 2008.

21. Samaranayake L. Essential Microbiology for Dentistry. 3rd ed. London: Churchill Livingstone Elsevier; 2002.

22. Al-Habashneh R, Barghout N, Humbert L, Khader Y, Alwaeli H. Diabetes and oral health: doctors’ knowledge, perception and practices. Journal of evaluation in clinical practice [Internet]. 2010 Oct [cited 2013 Feb 26];16(5):976–80. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20663002

Á propos de l'auteur

Shannon Waldron est hygiéniste dentaire inscrite depuis 12 ans. Après avoir obtenu son diplôme avec distinction au Collège George Brown, elle a commencé sa carrière en Ontario. Elle possède actuellement le statut d’exemptée de la règle des 365 jours de la Colombie-Britannique, où elle exerce sa profession. Elle enseigne également l’hygiène dentaire à l’Université de la Colombie-Britannique et elle est membre de l’Association canadienne des hygiénistes dentaires. Mme Waldron a obtenu son baccalauréat (BDSc) en hygiène dentaire à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle a été lauréate du prix d’excellence Joan Voris pour la vision de l’éducation décerné par l’association des hygiénistes dentaires de la Colombie-Britannique. Elle a également obtenu la bourse Hu-Friedy/AHDC Nevi en 2012. Mme Waldron a maintenant une maîtrise en sciences craniofaciales et fait de la recherche dans le domaine de l’éducation axée sur les compétences. Ses articles ont paru dans le Journal canadien des hygiénistes dentaires. Elle prépare également trois autres articles basés sur ses études, qui en sont à l’étape finale. À l’âge de 15 ans, Mme Waldron a reçu un diagnostic de diabète de type 2 MODY (type adulte chez le jeune). Comme il est fréquent dans ce type de diabète, un de ses parents (sa mère) est diabétique de type 1 et sa grand-mère est diabétique de type 2. Elle a été enceinte pendant qu’elle était insulinodépendante et est maintenant mère de 3 filles d’âge scolaire. Son expérience personnelle du diabète l’a motivée à faire de la recherche sur le diabète et la santé buccale à plusieurs moments au cours de sa carrière académique. Elle a souvent réfléchi au manque de connaissances et de sensibilisation de ses collègues et des fournisseurs de services de santé. Elle espère qu’un jour, sa carrière académique aura un impact sur cette question.

1 Comment on this article. Feel free to join this conversation.

  1. hygiène dentaire May 27, 2013 at 1:45 pm - Reply

    Bonjour,
    Merci pour ces précisions. C’est vrai la salive des personnes diabétiques contient davantage de glucose favorisant ainsi le développement de bactéries et l’apparition de caries.
    D’autre part, e diabète favorise l’apparition d’infections qui elles même déstabilisent le diabète. C’est pour cette raison que l’hygiène dentaire soit irréprochable

Leave a Reply to hygiène dentaire

Click here to cancel reply.